Entertainment

Soirée cruelle pour les Zèbres

Soirée cruelle pour les Zèbres

Après un bilan de 0/6 et une deuxième mi-temps totalement loupée contre Gand, le Sporting de Charleroi se devait de réagir, au minimum dans l’attitude, contre Genk. Et cela a été chose faite dès l’entame du match, que les Zèbres ont pris par le bon bout dans une ambiance très positive d’emblée. « On ne peut pas parler de soulagement, mais c’est évident que les supporters sont importants. Et ce match peut créer quelque chose dans le fait que les fans ont vu que peu importe qui est en face, on joue pour gagner. Chaque match est une finale de Coupe du Monde pour nous », assurait Edward Still, forcément déçu par la tournure des événements, mais heureux du jusqu’au-boutisme des siens.

Malheureusement, alors qu’ils avaient tout en main pour se remettre à rêver d’Europe, les Zèbres ont oublié de tuer le match et l’ont payé face à des Limbourgeois qui ne méritaient pas de prendre l’unité qu’ils ont ramenée du Mambourg. Charleroi a certes eu une superbe réaction tout au long du match et à 1-2 pour faire 2-2, mais alors que Bayo pensait avoir inscrit un triplé pour faire 3-2, le VAR est passé par là pour briser leurs derniers rêves d’Europe, aussi petits étaient-ils compte tenu de la situation au classement.

Pour ce match de la dernière chance, même si comme le rappelait le T1 la veille, le Sporting « pense au contenu sans penser aux conséquences, non maîtrisables », Charleroi est très bien entré dans sa partie. En laissant Morioka pas assez frais sur le banc, en compagnie d’Ilaimaharitra, Edward Still osait à nouveau associer Zaroury et Gholizadeh dans un match au sommet. Avec un pressing de tous les instants, mais une volonté de laisser le cuir aux Limbourgeois comme en témoignaient les statistiques de possession à la pause (40-60 % en faveur de Genk, mais les Carolos ont couru 5 km de plus), le Sporting était disposé dans un système lui permettant de passer en 4-4-2 dans les (nombreuses) phases défensives tout en se projetant vers l’avant avec à la fois Nkuba et Kayembe sur les flancs.

Et ça a fonctionné puisque les Carolos ont eu plusieurs opportunités de faire mal sur des contre rondement menés. Toutefois, à cause d’un excès de déchet dans l’avant-dernier geste, Charleroi ne s’est pas montré assez dangereux, tandis que Koffi a fait une triple frayeur aux siens en quelques instants, sur une faute, une sortie aérienne manquée puis une glissade. Mais contrairement aux dernières semaines, ces hésitations n’ont pas eu de conséquences.

Heymans sur le poteau

Et conformément à ce qui se passait sur le pré, les Carolos ont méritoirement pris les devants grâce à l’inévitable Bayo, dont la tête sur un centre parfait de Nkuba ne laissait aucune chance à Vandevoordt juste avant la pause alors que Heymans venait de louper le cadre.

Après les entames de deuxièmes périodes compliquées et aux lourdes conséquences à Malines et contre Gand, le plus difficile arrivait pour Charleroi, surtout que Berndt Storck lançait Onuachu dans la partie. Dans une partie plus débridée et alors que la seule présence du Nigérian dans le secteur offensif de Genk changeait la face du match, les deux formations ont eu l’occasion de marquer, via Ito (49e) puis Heymans (57e), mais Koffi puis le poteau genkois en ont décidé autrement. Charleroi aurait ensuite dû tuer le match, mais s’est loupé. Et comme un symbole, c’est Onuachu qui a égalisé, avant que Thorstvedt, lui aussi monté à la pause, ne crucifie Charleroi.

Conscient qu’un truc irréel pouvait se passer au Mambourg après une folle semaine européenne, Charleroi est reparti de l’avant et Bayo a encore inscrit deux pions dans les arrêts de jeu. Mais le dernier a donc, malheureusement pour lui, été annulé pour hors-jeu. Ce point ne suffit pas pour encore rêver, mais signifie beaucoup pour un Sporting conquérant et ambitieux. En jouant de la sorte, le RCSC va rapidement reconquérir son public, comme en témoignaient les acclamations de fin de match. Ce qui tranchait nettement avec les images vues six jours plus tôt.






Par Benjamin Helson

Le 6/05/2022 à 23:54


Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close