Entertainment

Simon Mignolet peut déjà exiger une tranche d’une éventuelle prime de titre

Simon Mignolet peut déjà exiger une tranche d’une éventuelle prime de titre

A quoi bon claquer sept millions pour un keeper de 32 ans ? Au mois d’août 2019, lorsque l’éternelle doublure de Thibaut Courtois en équipe nationale est exfiltrée de Liverpool, direction le Club de Bruges, dans le plus grand secret, tout le monde met le retour de Simon Mignolet en Belgique sur le compte d’un coup de chaud dans les bureaux de la présidence. Trois ans plus tard, au cœur d’un été flirtant avec l’illégalité climatique, ceux qui s’interrogeaient sur le bien-fondé de l’investissement ont leur réponse.

Maître atout de la série victorieuse qui a valu au Club de déposer l’Union en pleine bande d’arrêt d’urgence lors du dernier tour final, le portier limbourgeois vient d’entamer la saison comme il avait achevé la précédente. En se multipliant, comme peu de confrères de formations du top ont généralement à le faire.

Avec à la clé, ce dimanche contre Genk, une liste d’arrêts décisifs (huit rien qu’en première mi-temps), longue comme un carême. Sans ce haut degré de performance qui confère à ses stats des derniers mois un éclat tout particulier, le nouvel entraîneur, Carl Hoefkens, en serait déjà réduit à sécher des larmes de frustration.

Sans son gardien, donc, le triple tenant du titre en aurait été pour ses frais le jour même où il était amené à remettre son trophée en jeu. Souvent minimisé, voire passé inaperçu lors des saisons en plein marasme covidien sous Philippe Clement, l’impact de Mignolet sur la domination brugeoise des dernières années est pourtant un élément clé. Plus encore que le volume de Hans Vanaken, la grinta de Noa Lang ou l’avènement de Charles De Ketelaere.

Alfred Schreuder ne s’y est d’ailleurs pas trompé, le 22 mai dernier, en offrant ce que le jargon sportif néerlandophone répertorie comme un « applausvervanging ». Une sortie de terrain uniquement destinée à une ovation monstre, pour préfacer le titre qui allait se matérialiser un quart d’heure plus tard. Ce remplacement lors d’un match contre le rival historique anderlechtois, où Hendrik Van Crombrugge a couru 60 mètres pour venir congratuler son confrère de la cage d’en face, est un hommage que peu de gardiens ont l’occasion de vivre dans une carrière. Drapé derrière la pudeur qui le caractérise, Big Sim avouera plus tard avoir quitté la pelouse sous les vivats en étant uniquement capable, dans les instants suivants, d’aller s’asseoir au bord des larmes, quelque part en bout de dug-out.

Généralement placé en orbite satellitaire par rapport à l’épicentre du jeu de domination brugeoise, le dernier rempart du Club vit en revanche au cœur du réacteur nucléaire qu’incarne un vestiaire dont la réelle profondeur d’âme est l’une des marques de fabrique de la maison blauw en zwart depuis des décennies. C’est là, comme dans le pré carré qu’il tente de préserver, que le Limbourgeois justifie en réalité le montant de son transfert et celui de ses émoluments (2,34 millions net). A l’instar de grands anciens (Ceulemans, Van der Elst, Verheyen, Simons, Clement, Vormer), qui tiennent le rôle sans avoir besoin de recourir aux artifices de la com’ de club, Mignolet est un leader qui ne parle jamais pour rien. Mais toujours avec les mots justes.

Et c’est autant à ce titre, plus encore que sur ses prestations, qu’il justifie les choix a priori coûteux de ses employeurs. En déclarant, au soir de son troisième sacre personnel de champion, qu’il se verrait bien flirter avec la quarantaine en conservant son statut de joueur pro, il ne croyait pas faire à ce point le bonheur de ses dirigeants. Entre-temps, comme ce fut le cas dans ce match à sensations fortes contre Genk (3-2 et le penalty de la victoire inscrit en deux temps), Mignolet s’emploiera sans compter pour la bonne cause. Ce qui fit dire à un fin observateur du quotidien brugeois que le sauveur du jour méritait bien le paiement anticipé d’une tranche de la prime prévue en cas de titre. Si quadruplé brugeois il devait y avoir, l’énorme fiche statistique rentrée hier par Mignolet aura pesé bien plus qu’une simple prime…






Par Frédéric Larsimont

Le 24/07/2022 à 23:42


Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.