Entertainment

Le gouverneur lance une semaine politique cruciale pour le pouvoir d’achat

Le gouverneur lance une semaine politique cruciale pour le pouvoir d’achat

Le rapport de la Banque nationale publié lundi est tout sauf anodin, s’agissant du soutien aux ménages. Le gouverneur souligne que le pouvoir d’achat en Belgique est davantage protégé et le restera les prochaines années, comparativement aux autres pays européens. Et que c’est en grande partie grâce à l’indexation des salaires. Mais le revers de la médaille, c’est que l’indexation coûte très cher aux entreprises et aux pouvoirs publics, et risque en outre de dégrader notre position concurrentielle. Ce risque de dérapage, estime le gouverneur, est actuellement contenu par la loi de 1996, qui limite les hausses de salaires, hors index. Pour toutes ces raisons, le même préconise des mesures de soutien du pouvoir d’achat « temporaires et ciblées » sur ceux qui en ont le plus besoin.

Il nous revient que certaines de ces considérations devraient également figurer dans le rapport des experts sur le pouvoir d’achat qui doit être présenté au conseil des ministres restreint mercredi et que préside… le même gouverneur de la Banque nationale. Il n’y a pas accord sur tout entre experts, semble-t-il, mais le constat selon lequel le pouvoir d’achat en Belgique est mieux préservé qu’à l’étranger devrait être partagé. Ce rapport doit inspirer l’action politique du fédéral dans les prochains jours et les prochains mois. Il n’est pas exclu, nous dit-on, que les mêmes experts soient à nouveau sollicités après ce premier exercice.

Les dossiers s’accumulent

Autre grosse pièce au dossier : le rapport de l’OCDE sur la Belgique, rendu public ce mardi. Qui influencera sans doute les décisions prises rue de la Loi. Si, après la Banque nationale, le rapport d’experts ainsi que l’OCDE devaient conclure dans le même sens, le gouvernement serait conforté – certains en son sein, en tout cas, s’estimeraient confortés – dans une optique de mesures ciblées, essentiellement sur la classe moyenne inférieure. Politiquement, ce sera une autre paire de manches. Le PS, lui, est manifestement à l’offensive sur le soutien au pouvoir d’achat. Le contexte l’y pousse. Lundi, on attend des dizaines de milliers de manifestants dans les rues de Bruxelles pour exiger des mesures nouvelles, ponctuelles et structurelles.

À lire aussi
Alexander De Croo, sa «note d’ambition», ou comment passer l’été

Le fédéral s’engage donc dans des discussions intenses. Rue de la Loi, on souligne qu’après le voyage au Congo et avant les prochains grands rendez-vous européens, la semaine est toute vouée à la politique intérieure. Alexander De Croo est dispo. Les sujets s’accumulent, où il faut trancher, le Premier veut engranger, pourquoi pas dans les prochains jours : le pouvoir d’achat, on l’a dit, mais aussi la réforme des pensions et celle du marché du travail (deux dossiers liés selon les libéraux, ce que contestent les socialistes), également l’accroissement du budget de la Défense (il s’agit d’atteindre les 2 % du PIB, conformément aux demandes de l’Otan ; les verts freinent).

À lire aussi
Le MR plaide pour «un index fiscalement renforcé et compétitif»






Par Bernard Demonty
et David Coppi

Le 13/06/2022 à 19:16


Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.

close