Entertainment

Le bulletin pédagogique des profs reste à détailler

Le bulletin pédagogique des profs reste à détailler

Ce n’est pour l’instant qu’un (avant) avant-projet de décret, mais il balise à son tour le futur des enseignants et des autres personnels de l’école. Dans un avenir qu’il reste à préciser, leurs aptitudes pédagogiques pourront être notées. Ce processus complétera le Pacte d’excellence qui ambitionne de permettre aux écoles francophones de gagner en qualité et en autonomie, et à leurs élèves d’être mieux armés au moment de l’envol.

L’évaluation est consubstantielle à l’existence. Il n’est de décision et d’action qui, à un moment donné, ne conduisent à une appréciation bonne ou mauvaise. C’est vrai dans le couple, dans le travail, dans le vivre-ensemble. Evaluer, être évalué et s’évaluer, c’est se donner la possibilité de corriger le cap, voire d’en changer complètement. D’éviter parfois à temps les contraintes et les galères.

Les concepteurs du Pacte d’excellence ont d’emblée estimé que l’évaluation des profs devait s’inscrire dans la vaste réforme systémique de l’enseignement, au même titre que les plans de pilotage pour les écoles, le changement des rythmes scolaires ou les nouveaux référentiels. L’annonce de ce processus n’est pas donc une surprise. A l’époque de la signature du Pacte, les syndicats lui ont globalement donné leur bénédiction, même s’ils réclament aujourd’hui des amendements et des garde-fous.

Mais encore faut-il que les enseignants y adhèrent eux-mêmes. Demain, ils seront jaugés sur leurs qualités pédagogiques et la répétition des mauvaises notes pourra valoir dans les situations les plus extrêmes un licenciement. Jusqu’ici, seul un comportement répréhensible ou un dysfonctionnement disciplinaire pouvait conduire à une telle extrémité.

Le futur décret ne dit toutefois pas encore sur quels critères précis sera fondée cette évaluation. Il ne détaille pas davantage les garde-fous qui seront mis en place pour éviter les erreurs de jugement, les abus de pouvoir ou les règlements de compte. Des réponses à ces questions dépendront ou non l’adhésion des profs et la réussite du changement culturel promis à une corporation où chacun défend jalousement sa liberté. La manifestation de l’enseignement organisée ce 5 mai à Liège devrait, parmi d’autres revendications, cristalliser les premières tensions venant de la base sur ce dossier.

Le défi est énorme. L’enseignement francophone est en souffrance. Les enseignants sont sous pression constante, les directeurs sont au four et au moulin, le niveau des élèves tel que mesuré par les tests Pisa est insuffisant en regard des pays voisins.

Une solution paraît d’autant plus urgente que l’avenir de toute une société repose sur la capacité des élèves d’aujourd’hui à mener leur barque demain. Il dépend donc en partie de leurs professeurs et mentors. Il est logique d’attendre de ceux-ci un bon bulletin.






Par Pascal Martin

Journaliste au service Forum
Le 29/04/2022 à 00:00


Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.