Entertainment

Hugues Bultot (Univercells): «Nous sommes capables de nous ajuster»

Hugues Bultot (Univercells): «Nous sommes capables de nous ajuster»

Société biotech en pleine croissance, Univercells, à Jumet, recrute à tours de bras. De quoi craindre les effets de l’indexation des salaires à venir ? Son patron, Hugues Bultot, ne se montre pas inquiet.


L’inflation galope : un signal d’alarme ?

Il y a le secteur, qui s’inquiète globalement par le biais de sa fédération, et chaque entreprise au sein de celui-ci. Dans notre cas, des soucis restent encore provoqués par les disruptions dans nos chaînes d’approvisionnement, elles-mêmes liées aux conséquences de la crise sanitaire. Pour prendre un exemple qui peut sembler anecdotique, nous souffrons actuellement d’une pénurie de pipettes dans nos labos… Mais l’inflation n’est pas un vrai problème pour nous.


Pourquoi ?

Nos principaux clients sont américains. Et là, ils vivent une inflation qui est intrinsèquement provoquée par la surchauffe de leur économie et la difficulté, notamment, de trouver des collaborateurs : la rotation de ceux-ci (qui vont chercher un meilleur salaire chez un concurrent, NDLR) y est un problème énorme. Il faut donc se garder d’adopter une vision trop centrée sur l’Europe. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de préoccupations, je dis que nous ne sommes pas les seuls à y être confrontés et, surtout, que nous devons être agiles et nous adapter.

À lire aussi
L’usine à vaccins d’Univercells est opérationnelle


La hausse du coût de l’énergie, puis des salaires, ne vous inquiète pas ?

Nous recrutons beaucoup de jeunes (l’entreprise emploie près de 500 collaborateurs désormais). Ces jeunes apprennent, ils génèrent de plus en plus de valeur ajoutée : nous sommes sur une courbe de progression qui va justifier des hausses salariales. Ce qui m’inquiète, c’est que la marge de hausse soit mangée par l’inflation. Mais s’agissant de la hausse des coûts en tant que telle, je suis confiant quant à notre capacité à trouver des zones de productivité.


Bref, vous êtes serein…

Il y a des sources de stress évidentes, mais il faut analyser tout cela avec calme et prendre du recul. Ceci étant, une entreprise n’est pas l’autre et je ne tiendrais peut-être pas le même discours si j’étais à la tête d’une entreprise beaucoup plus exposée.






Par B.J.

Le 21/04/2022 à 18:23


Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.