Entertainment

Avishai Cohen, «Naked Truth»

Avishai Cohen, «Naked Truth»

C’est un album calme. Et, par cela sans doute, totalement audacieux. Le trompettiste israélien basé à New York a réuni autour de lui le meilleur des quartets : Yonathan Avishai au piano, Barak Mori à la contrebasse et Ziv Ravitz à la batterie. Des artistes capables de se fondre dans une musique d’ensemble sans jamais perdre leur identité propre. Avishai Cohen s’engage ici dans la voie de Miles Davis, d’ailleurs une de ses idoles, où chaque note de trompette suscite une réponse d’un autre musicien. Dans cette suite en neuf parties, terminée par Departure, un poème de Zelda Schneurson Mishkovsky sur la mort dit par Avishai lui-même, tout est raboté, dégraissé, ramené à sa signification la plus profonde et la plus juste, sans aucune ostentation, sans aucune démonstration superflue. C’est la musique à l’os, à l’essentiel. C’est magnifique, profond, ensorcelant. On est fasciné.


ECM


Avishai Cohen, «Naked Truth»
<!–

Avishai Cohen, «Naked Truth»






Par J.-C. V.

Le 19/04/2022 à 18:14


Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.